Accueil > L’ACTUALITÉ > L’actualité nationale > IL Y A 60 ANS : METRO CHARONNE, UN DEVOIR DE MEMOIRE

IL Y A 60 ANS : METRO CHARONNE, UN DEVOIR DE MEMOIRE

jeudi 27 janvier 2022, par Admin UL CGT Bagnolet

Le 8 février 1962, à l’appel des organisations syndicales CGT, CFTC, UNEF, SGEN, FEN et SNI, soutenues par le PCF, le PSU et le Mouvement de la paix, des milliers de manifestants bravent l’interdiction pour défendre la paix en Algérie et la liberté de son peuple à l’autodétermination. C’est la réponse des progressistes aux exactions de l’extrême droite, notamment de l’Organisation de l’armée secrète (OAS), qui combat ces valeurs.

Ce rassemblement intervenait en réaction après une série d’attentats perpétrés la veille. L’un d’eux, destiné à frapper le ministre de la Culture André Malraux, avait provoqué de graves blessures à Delphine Renard, la rendant aveugle définitivement.

Lors de cette manifestation, des centaines de manifestants ont été gravement blessés, 9 camarades de la CGT, dont 8 étaient aussi membres du PCF, y ont perdu la vie… Ils ont trouvé la mort dans l’escalier de la station de métro « Charonne » où ils étaient venus se réfugier et dans lequel les policiers ont jeté des grilles en fonte.

Le mardi 13 février 1962, les obsèques au cimetière du Père-Lachaise ont provoqué l’une des plus importantes manifestations de la seconde moitié du vingtième siècle, avec plusieurs centaines de milliers de personnes, peut-être un million, se rassemblant dans le cortège funèbre. « Charonne » est depuis devenu le symbole de l’honneur de ceux qui sont morts et de ceux qui vivent, animés par le combat pour la démocratie, la tolérance et la paix.


Le lieu et l’heure de rassemblement vous seront communiqués ultérieurement