Accueil > L’ACTUALITÉ > L’actualité nationale > Projet de relance de la biscuiterie Jeannette de caen

Projet de relance de la biscuiterie Jeannette de caen

lundi 20 octobre 2014, par Admin UL CGT Bagnolet

http://www.bulbintown.com/projects/481/jeannette--projet-de-relance-de-la-biscuiterie/accueil#le-projethttp://ulcgt-bagnolet.fr/ecrire/x1dluu3_les-madeleines-jeannette_news

La biscuiterie normande liquidée fin 2013 a déjà récolté plus de 50.000 euros de dons sur internet. Le tribunal de commerce doit statuer le 13 novembre sur son avenir.

Un peu d’espoir pour les salariées des madeleines Jeannette, à Caen. Le bilan de la collecte en ligne lancée le 10 septembre dernier - pour relancer l’activité de la biscuiterie placée en liquidation judiciaire fin 2013 -, va au-delà des espérances de Georges Viana, le repreneur potentiel qui l’a lancée. Ce lundi matin, 60.541 euros avaient été récoltés auprès des internautes, selon le site de financement participatif Bulb in town, bien au-delà de l’objectif de 50.000 euros que l’entrepreneur franco-portugais s’était fixé.

Ce dernier a décidé, devant ce succès, de prolonger la durée de la collecte (qui devait se terminer dimanche dernier) jusqu’au 13 novembre prochain. À cette date, le tribunal de commerce devrait statuer sur les sept offres de reprise qui lui sont pour l’instant parvenues. La plupart ne proposent cependant qu’un rachat des machines, sans relance de l’activité, au désespoir des 37 ex-salariés de la biscuiterie.

À l’inverse, le projet de Georges Viana prévoit l’ouverture d’une nouvelle ligne de production et la reprise d’une dizaine de salariés. Seul hic : son offre a été déjà été refusée par le tribunal de commerce, faute d’avoir obtenu les prêts bancaires nécessaires. Depuis plusieurs moins, Georges Viana cherche en effet à se faire prêter 1,5 à 2,8 millions d’euros. « Jeannette est plébiscitée par le public mais aucune banque ne veut la soutenir », déplorait la semaine dernière Elise Brandt, l’avocate des ex-salariés. Les 60.000 euros récoltés ne permettront certes pas de relancer à eux-seuls la biscuiterie, mais attestent de l’engouement des consommateurs pour cette marque vieille de plus de 160 ans.
Un symbole normand

Les ex-salariés de Jeannette ne se résolvent pas à la disparition de leur entreprise, et occupent depuis le mois de février leur ancienne usine pour éviter la saisie des machines et leur vente aux enchères. Ils les relancent périodiquement pour produire des madeleines qui rencontrent, selon l’AFP, un vif succès sur le marché.