Accueil > ENTREPRISES LOCALES > Maternité des Lilas > Maternité des Lilas où en sommes nous ?

Maternité des Lilas où en sommes nous ?

lundi 9 mars 2015, par Admin UL CGT Bagnolet


La maternité des Lilas risque d’être placée sous dix jours en liquidation judiciaire
Publié le 06/03/15 - 16h45 - HOSPIMEDIA

Le conseil d’administration (CA) de l’association Naissance a adressé le 3 mars dernier un courrier à la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes l’enjoignant à financer la reconstruction de la maternité des Lilas (Seine-Saint-Denis) avant le 15 mars prochain, faute de quoi le CA mettra en liquidation judiciaire l’association, signale la CGT par communiqué. "Si le CA (...) met en œuvre cette menace, l’ARS Île-de-France fermera immédiatement la maternité des Lilas pour assurer la sécurité", met en garde le syndicat, jugeant donc urgent de valider "définitivement" la reconstruction de l’établissement obstétrical "avec un montage financier adapté" ainsi qu’"un budget de fonctionnement équilibré" pour ce futur ensemble. Pointant quelque peu l’attitude de l’association ("la solution de la liquidation est la continuité de l’incohérence reconnue (...) sur la gestion de la maternité depuis de nombreuses années"), la CGT assure que "des solutions existent, aucune n’a été véritablement jusqu’au bout". Et de rappeler qu’en cas de liquidation les personnels seraient licenciés et indemnisés par le régime de garantie des salaires (AGS), soit "le pire plan social, sans préavis, sans reclassement, sans indemnités supplémentaires".

Contactée par Hospimedia, la présidente du CA, Madeline Da Silva, se refuse pour l’heure à diffuser en l’état copie du courrier adressé à Marisol Touraine, dont elle indique n’avoir reçu aucune réponse ce 5 mars. En octobre dernier, la maternité avait obtenu l’aval de la ministre pour lui laisser la possibilité d’étudier jusqu’au 30 juin prochain son projet de reconstruction sur le site Gütermann aux Lilas pour un investissement proche des 24 millions d’euros (lire ci-contre). La lettre intervient alors qu’un rapport intermédiaire produit par l’association confirme la viabilité d’une reconstruction de la maternité, sur ce site Gütermann ou non, mais sous certaines conditions : notamment l’adossement du nouvel ensemble à un autre établissement pas forcément situé sur le même site, précise Madeline Da Silva. Outre un positionnement net et précis sur ce projet de reconstruction, l’association souhaite aussi que Marisol Touraine précise clairement les apports financiers que l’État entend allouer tant en matière de financement que d’exploitation. Faute de réponse favorable d’ici au 15 mars, l’association décidera le lendemain soit d’engager une procédure de sauvegarde auprès du tribunal de commerce de Bobigny, soit de désigner un mandataire judiciaire en lien avec l’ARS Île-de-France, soit d’opérer une liquidation à l’amiable.
Thomas Quéguiner
http://www.hospimedia.fr/
Abonnez vous excellent site internet !!