Accueil > L’ACTUALITÉ > L’actualité locale > Les enseignants locaux mobilisés pour le retrait du projet de réforme de (...)

Les enseignants locaux mobilisés pour le retrait du projet de réforme de retraite

samedi 7 décembre 2019, par Admin UL CGT Bagnolet

MOTION ADOPTÉE PAR L’AG DE GRÈVE DES ENSEIGNANTS DU PREMIER DEGRÉ

Nous sommes 49 enseignants réunis en AG le 5 décembre 2019, de
Romainville, Les Lilas, Le Pré-Saint-Gervais. Nous nous sommes mis en
grève pour :

- Le retrait de la réforme des retraites
- Une revalorisation sans compensation de nos salaires
- Le retrait du jour de carence
Nous sommes pour plus de justice sociale.
Grève jusqu’au retrait.
Adoptée à l’unanimité des présents.

MOTION ADOPTÉE PAR L’AG DE GRÈVE DES ENSEIGNANTS DU COLLÈGE MARIE-CURIE

Les personnels du collège Marie Curie des Lilas, réunis en Assemblée Générale avec leurs sections FO, SNES, CGT, SNEP le mardi 3 décembre 2019 ont voté la motion suivante :
Alors même que nos conditions de travail se dégradent et que notre pouvoir d’achat est en baisse,
le gouvernement entend faire passer une réforme qui serait catastrophique pour l’ensemble de la
société et plus particulièrement pour les personnels de l’Éducation Nationale.
Nous ne sommes pas dupes. La mise en place de la retraite universelle par points conduira à :

- une baisse importante de nos pensions,
- un allongement de nos carrières,
- un montant de retraite inconnu avec une valeur des points variable en fonction de la
conjoncture économique,
- un nombre de points calculé uniquement sur les heures travaillées, hors chômage, maladie ou congé maternité.

Nous décidons de rejoindre le mouvement de grève nationale et interprofessionnelle à partir du 5 décembre 2019 pour le retrait du projet Macron- Delevoye.

MOTION ADOPTÉE PAR L’AG DE GRÈVE DES ENSEIGNANTS DU LYCÉE PAUL-ROBERT

LYCÉE PAUL ROBERT – LES LILAS – AG du 3 décembre 2019
La motion suivante a été proposée et adoptée à l’unanimité des 33 présents :
Lors des mois d’octobre et de novembre, l’entière communauté éducative du lycée Paul Robert, de concert avec de nombreux élèves et de nombreux parents, s’est adressée au rectorat et au gouvernement afin d’alerter sur la dégradation des conditions de vie, de travail et d’études. La réforme des retraites est un nouveau coup porté, entre autres, au service d’Education Nationale.

Les circulaires d’application de la réforme du lycée et du baccalauréat, en particulier la mise en œuvre du contrôle continu, vont non seulement accentuer les inégalités territoriales mais aussi alourdir les tâches :

- des enseignants : concertation pour les sujets, correction harmonisée, etc., en marge de l’emploi du temps statutaire
- des personnels de secrétariat : qui va anonymer et numériser les copies ? Un renfort des personnels existants est-il prévu ? Les professeurs seront-ils mis à contribution en plus de leurs missions statutaires ?

Rappelons par ailleurs que le contrôle continu est souvent un motif de pression implicite – ou pas – sur la notation. Les enseignants de collège ou de section professionnelle peuvent en témoigner.

Autre conséquence de la réforme du baccalauréat : l’éclatement des groupes classe, la difficulté d’organiser et d’équilibrer la répartition des spécialités, d’arrêter des listes définitives d’élèves quand des réajustements ne cessent de se multiplier.
Dans ce contexte, et alors que nombreux personnels font état de « leur souffrance au travail » tant les conditions d’exercice se dégradent, le gouvernement veut négocier, profession après profession, une retraite par points qui serait catastrophique pour l’ensemble de la société et plus particulièrement pour les
personnels de l’Éducation Nationale :

– Allongement de nos carrières
– Réduction drastique de nos pensions (de l’ordre de 900 Euros brut par mois pour un certifié)
– Aucune garantie de la valeur du point qui pourrait être revue à la baisse tous les ans.

En cas d’application de la « clause du grand-père » quel avenir pour nos jeunes ?
La retraite par capitalisation ?

Les enseignants du lycée Paul Robert, appuyés sur leurs sections syndicales CGT, SNES, SNFOLC, SNETAA-FO et réunis en AG le mardi 3 décembre 2019 expriment leur volonté de s’opposer à cette contre réforme et se déclarent prêts à rejoindre le mouvement interprofessionnel à partir du 5 décembre.

POUR LA GRÈVE GÉNÉRALE INTERPROFESSIONNELLE A PARTIR DU 5/12
RETRAIT DU PROJET DE RETRAITE UNIVERSELLE PAR POINTS !